Architecture et urbanisme

Aïn R'roumi idpcm:07C395

Source de Aïn R'roumi

L’eau de la source, encore abondante, déverse dans un bassin bâti en pierres, complètement détruit avant d’emprunter des conduits en béton, apparents par endroits, pour aller alimenter les champs et les jardins de potages et d'arbres fruitiers, oliviers, figuiers et grenadiers, essentiellement ceux de la qasba du caïd Khamlichi, situés à environ 1.5km, à l’ouest.

La présence d'importantes structures de base, de murs appareillés en gros blocs, de puit, de bassin avec des traces d’enduits de ciment industriel, et d’un mur d’enceinte, laisse supposer que le lieu a fort probablement servi d’un grand dispositif hydraulique, château d'eau, ou autre ouvrage complexe de captation d'eau et d'irrigation A une époque récente, un grand espace dallé a été aménagé en contrebas de la source, il est centré d'une large piscine circulaire, qui devait recevoir les eaux de la source drainées par une canalisation en béton. 

Elle constitue l’une des principales sources qui alimentent l’Oued Tamedrost, vers son amont.   

Notice historique et descriptive

Historique :

D'après la tradition orale, ce lieu aurait bien servi, pendant le protectorat, de camp de mise en quarantaine pour les gens atteints de maladies contagieuses, ayant frappé le Maroc pendant les années 40. 

Cet ouvrage complexe de captation d'eau et d'irrigation , , , dénote du rôle important qu’à dû joué cette source dans la région à l’époque du protectorat et peut être même bien avant.  

L'ensemble a été entouré de plantations d'eucalyptus, afin d'assurer de l'ombre aux visiteurs. 

L'endroit correspond à une aire de repos et de distraction, animée par des marchands, et qui a été aménagée vers les années 80, pour recevoir et servir les usagers de la route, en période chaude de l'année. L'ensemble a été entouré de plantations d'eucalyptus, afin d'assurer de l'ombre aux visiteurs.  

Description :

L’eau de la source, encore abondante, déverse dans un bassin bâti en pierres, complètement détruit avant d’emprunter des conduits en béton, apparents par endroits, pour aller alimenter les champs et les jardins de potages et d'arbres fruitiers, oliviers, figuiers et grenadiers, essentiellement ceux de la qasba du caïd Khamlichi, situés à environ 1.5km, à l’ouest.

La présence d'importantes structures de base, de murs appareillés en gros blocs, de puit, de bassin avec des traces d’enduits de ciment industriel, et d’un mur d’enceinte, laisse supposer que le lieu a fort probablement servi d’un grand dispositif hydraulique, château d'eau, ou autre ouvrage complexe de captation d'eau et d'irrigation A une époque récente, un grand espace dallé a été aménagé en contrebas de la source, il est centré d'une large piscine circulaire, qui devait recevoir les eaux de la source drainées par une canalisation en béton. 

Elle constitue l’une des principales sources qui alimentent l’Oued Tamedrost, vers son amont.   

Intérêt de l'œuvre : Le toponyme du lieu " Ain er-R’oumi ", qui signifie dans le dialecte arabe marocain « la source du chrétien », est peut être en référence au colon réalisateur de ce dispositif hydraulique. L’intérêt et le mode de fonctionnement de ces structures peuvent être démontrés par des recherches archéologiques approfondies notamment, des sondages.