Architecture et urbanisme

Médina de Tanger sanae:280010

Médina de Tanger

Ancien numéro d'inventaire : 28/0010

Notice historique et descriptive

Historique :

Point de rencontre des deux mers: la Méditerranée et l'Atlantique, Tanger est aussi bien marquée par son histoire que par sa position stratégique entre l'Afrique et l'Europe. De ce fait, elle représente un carrefour de civilisations entre l'Orient et l'Occident.
La ville et son arrière-pays bénéficient de conditions géographiques propices à l'installation humaine permanente depuis les temps préhistoriques jusqu'à nos jours. En effet, la Civilisation Cardiale (la plus ancienne civilisation de céramique au Maroc, caractérisée par le décor de la coquille du Cardium), l'Âge du Cuivre, la Civilisation Campaniforme et l'Âge du Bronze, attestés dans les grottes d'Achakkar, d'El-Khil, les sites de plein-air de Tahaddart et la nécropole mégalithique d'El-Mries témoignent de l'ouverture de la péninsule tangéroise sur la Méditerranée occidentale.
L'arrivée des marchands phéniciens dans la zone de Tanger remonte aux VIII-VIIème siècles av. J-C. Les nécropoles de Aïn Dalia et de Djebila indiquent le degrés important de l'influence phénicienne et carthaginoise dans les populations tingitanes .
La ville de Tanger doit son nom à la mythologie antique qui situe "Tingis" au delà des colonnes d'Hercules, et la confond à "Tinga" épouse d"Antée", fils de Poseïdon (dieu de la mer), et "Gaïa" (la Terre).
En 44 av. J-C., Rome accorda à la ville de "Tingis" le statut de cité romaine, en récompense à son soutien contre Carthage.
Sous l'occupation romaine, Tanger devint probablement la capitale de la Maurétanie tingitane.
Après le retrait de l'administration romaine à la fin du IIIème siècle, Tanger tomba dans l'oublie jusqu'à l'arrivée des premiers conquérants musulmans au VIIIème siècle.
Passée à l'Islam, Tariq Ibn Ziad (711), s'en servit pour préparer et concrétiser la conquête d' al-Andalous.
A l'époque des Almoravides et des Almohades, Tanger servit de base pour la reconquête d'al-Andalous et son ralliement à l'empire du Maroc.
A partir du XVème siècle, la ville va connaître une longue série d'occupations étrangères.
En 1471, les Portugais y débarquent et mettent en place une enceinte renforcée de tours semi- circulaires et de bastions.
Les traces de la présence portugaise ne se limitent pas aux remparts. Une église fût construite à l'emplacement de la Grande Mosquée, et d'autres édifices sur le site de l'actuel musée de la Kasba.
La période d'occupation espagnole (1581-1640), n'a pas enregistré de réalisations majeures.
Reprise par les Portugais, Tanger connût des travaux de consolidation des remparts, avant d'être offerte en dote par l'Infante Katerine de Bagance au roi Charles II d'Angleterre en 1661.
Sous l'occupation anglaise (1661-1684), quatorze forts furent édifiés pour renforcer le système défensif et contrôler l'arrière- pays.
Soumise aux sièges répétés des Moudjahidines du sultan Moulay Ismaïl, installés à la Kasba de Ghaylan et la Kasba de Beni Saïd Bou Amar, Tanger fût reprise aux Anglais en 1684 qui, avant leur départ démolirent l'ensemble de leurs œuvres.
Premier gouverneur de la ville après sa récupération, le Pacha Ali Ben Abd Allah Rifi entreprit de grands travaux de reconstruction et de réparation de la forteresse la Kasba, du palais du gouverneur anglais (actuelle Dar Vidal), de la Grande Mosquée, de même que d'autres équipements publics (souks, fontaines, demeures hammams, etc…).
Son fils Ahmed fit construire en 1740 le palais du sultan destiné à Moulay al- Moutadi.
A l'époque de Sidi Mohammed Ben Abd Allah (1765-1792),Tanger récupéra son rôle diplomatique, militaire et commercial. D'importantes batteries furent érigées (Dar al- Baroud, Bordj N'âam, etc…), des fondouks (fondouk Siaghine…), des oratoires, des églises et synagogues, des consulats et légations. Tanger devint la capitale diplomatique et compte dix consulats en 1830.
Au XIXème siècle, Moulay Sliman effectua de grands travaux à la kasba et agrandit la Grande Mosquée.
L'avènement de Moulay al- Hassan 1er fit remarquable. Il visita Tanger en 1889, réalisa d'importantes interventions de restaurations au palais de la kasba, renforça le système défensif des batteries: al- N'âam, Dar al- Baroud et al- Hajoui, de canons type Armstrong, et instaura la douane (Diwana).
Moulay Youssef continua sur ces réalisations de même que Moulay Abd al- Hafid, qui érigea son palais à l'extérieur de la Médina (aujourd'hui palais des institutions italiennes).
L'époque coloniale, et suite au transfert du centre de décision vers le nouveau quartier européen, va connaître un grand développement urbain à l'extérieur des remparts. Ainsi d'importants aménagements et de nouvelles constructions ont été réalisées: Bab al- Fahs (1909), Bab Fandak Zraâ (1914), Bab al- Bahr (1920), Bab Tourquia (1920).
S'ensuivit la prolifération de nombreux bâtiments à caractère occidental: édifice Reshansen, édifices du Boulevard Pasteur, édifices de la rue de Tétouan, et édifices de la rue d'Italie.