Architecture et urbanisme

Borj as-Sirat tm:0003

phare de Rabat

Il s’agit d’un vaste trapèze régulier dont les côtés mesurent respectivement 76.90m et 46.65m. Pour y accéder, il faut traverser une rampe longitudinale mesurant 25 m de
long et 4 m de large, solidement bâtie qui relie la cour à la porte d’accès. Ce passage en pente devrait faciliter le transport des chariots des canons. Au milieu de la façade
Sud est aménagée l’unique porte d’accès au monument. Cette entrée présente un arc en plein cintre surhaussé. Dès qu’on franchit le vestibule rectangulaire, on accède à une plate-forme à ciel ouvert qui est la cour et qui devait servir de place d’entraînement des militaires et de dépôt des canons placés devant les embrasures. Cette cour est bordée à l’Est, au Nord et à l’Ouest par le parapet. Construit en gros blocs de pierre taillée, ce fortin est percé dans ses faces Est, Nord et Ouest de dix-neuf embrasures et permettaient une résistance certaine aux attaques venues de la mer. Dans les angles Nord et Ouest se dressent deux bases appartenant au corps des échauguettes actuellement disparues. Une tour hexagonale occupe l’angle Sud-ouest alors qu’un demi-cercle à couverture dessine l’angle Sud-est. Le demi-cercle forme la lèvre de la tour demi-ronde accolée au borj à cet endroit. Le bâtiment dispose de deux pièces qui devaient servir de logements aux gardiens ou de magasins de stockage d’armes et de munitions.

Notice historique et descriptive

Historique :

Ce monument qui se dresse sur une falaise rocheuse dominant de plusieurs mètres l’Océan atlantique, se situe à l’extrémité Ouest du rempart maritime et côtoie à l’ouest
l’enceinte almohade. Il abrite actuellement le phare de Rabat. Comme l’indiquent plusieurs textes historiques et surtout l’inscription gravée dans les médaillons qui surmontent l’arc de la porte d’entrée, l’édifice fut construit en 1180 H/1775-76 sous le règne du Sultan alaouite Sidi Mohamed Ben Abdellah. Il est l’oeuvre du renégat anglais Ahmed al-Inglizi.
 

Description :

Il s’agit d’un vaste trapèze régulier dont les côtés mesurent respectivement 76.90m et 46.65m. Pour y accéder, il faut traverser une rampe longitudinale mesurant 25 m de
long et 4 m de large, solidement bâtie qui relie la cour à la porte d’accès. Ce passage en pente devrait faciliter le transport des chariots des canons. Au milieu de la façade
Sud est aménagée l’unique porte d’accès au monument. Cette entrée présente un arc en plein cintre surhaussé. Dès qu’on franchit le vestibule rectangulaire, on accède à une plate-forme à ciel ouvert qui est la cour et qui devait servir de place d’entraînement des militaires et de dépôt des canons placés devant les embrasures. Cette cour est bordée à l’Est, au Nord et à l’Ouest par le parapet. Construit en gros blocs de pierre taillée, ce fortin est percé dans ses faces Est, Nord et Ouest de dix-neuf embrasures et permettaient une résistance certaine aux attaques venues de la mer. Dans les angles Nord et Ouest se dressent deux bases appartenant au corps des échauguettes actuellement disparues. Une tour hexagonale occupe l’angle Sud-ouest alors qu’un demi-cercle à couverture dessine l’angle Sud-est. Le demi-cercle forme la lèvre de la tour demi-ronde accolée au borj à cet endroit. Le bâtiment dispose de deux pièces qui devaient servir de logements aux gardiens ou de magasins de stockage d’armes et de munitions.

Intérêt de l'œuvre : historique et architectural

Etat de conservation

Commentaire libre : fonctionnel

Protection / Statut juridique

Type de protection : classé
Commentaire libre : La situation près de la mer menace quotidiennement ce borj.