Architecture et urbanisme

La résidence princière tm:0054

musée des Oudaïa

Il s'agit d’un édifice de forme presque carrée, doté d’un patio à ciel ouvert. Cette cour ornée au milieu d’une jolie vasque de marbre blanc, est flanquée sur ses quatre côtés de grandes pièces rectangulaires et étroites ainsi que de petits réduits, avec une tour barlongue à son angle sud.
La cour est bordée de galeries dont les arcs d’ouverture brisés et outrepassés, reposent sur des colonnes sveltes faites de tombours de pierre et coiffés de chapiteaux composés de méandres d’acanthe.
Un auvent de bois couvert de tuiles soutenues par des consoles couronne l’ensemble.
A cette construction principale s’ajoutent des annexes dont notamment un oratoire au sud-ouest, un hammam au nord-est et plusieurs petites pièces ordonnées autour d’une petite cour.
Les murs de la construction centrale sont faits de moellons avec des chaînages d’angle en pierre de taille. Les arcs sont appareillés en briques tandis que la cour est pavée de zellij verts et blancs.
La tour: Elle se dresse dans l’angle sud. Haute de 17,97m, longue de 8,01m et large de 4,29m, elle est composée de cinq étages qu’occupent cinq pièces superposées auxquelles on accède par un escalier. Les murs de la bâtisse ont une épaisseur variant entre 0,48 et 0,54m. Ils sont construits en moellons avec des chaînages d’angles en pierre de taille. La tour est couverte d’une toiture en berchla à quatre pentes et richement décorée.
L’oratoire: se situe au sud-ouest de la demeure. Il est presque carré (12,67m x 13,05m). Le plan est simple. La salle de prière constituée de deux nefs transversales, est précédée d’un petit sahn bordé de galeries. La structure du bâtiment repose sur des arcs brisés que supportent des piliers octogonaux.
Le bain: situé au nord-est, le hammam est composé de deux pièces irrégulièrement disposées autour d’une cour trapézoïdale qui communique avec la demeure. Ce hammam a gardé les traits essentiels de son plan initial malgré les réfections ultérieures. On y trouve la salle de repos, la salle froide, la salle tiède et la salle chaude. La chambre de chauffe bien que contiguë à l’édifice, dispose d’une entrée indépendante. Ce hammam est conforme au type classique des bains maures.
Le décor de la demeure exécuté essentiellement sur pierre et sur des linteaux de bois est axé sur les motifs géométriques et floraux qui reproduisent un entrelacs de losanges, de rinceaux, de fleurons et de palmes lisses d’une élégance et d’un charme prenant. Ce décor sobre et élégant, constitue un modèle intéressant de l’art alaouite du XVIIème siècle.
En général, ce bâtiment présente une unité d’ensemble assez nette. Il s’agit sans doute d’une demeure princière. Le jardin actuel entouré d’une muraille crénelée aurait servi de Mechouar, une petite habitation destinée au sultan lors de son séjour sur les rives du Bouregreg.

Chronologie

Datation par intervalle de dates : Entre : 1672
Et : 1694

Personnes et organismes associés

Personne ou organisme associé : Moulay Rachid la construction de l'édifice , Moulay Ismaïl la construction de l'édifice

Matériaux et techniques de construction

Matériaux du gros oeuvre : moellon
Techniques du gros oeuvre : appareil simple en moellons, chaînage d'angle
Type de couverture : charpente traditionnelle(berchla /warqa w lgayza)
Matériaux et techniques de revêtement du mur : bois, pierre

Notice historique et descriptive

Historique :

Ce bâtiment se dresse dans l’extrémité Ouest, à l’intérieur de l’enceinte de Moulay Rachid. Les travaux de construction qui ont débuté sous le règne de ce sultan, furent achevés entre 1672 et 1694, sous le règne du sultan Moulay Ismail. Une inscription sculptée sur les linteaux en bois du patio central commémore cet événement. Cette demeure fut la résidence de son fils Moulay Ahmed Eddahbi, gouverneur de la région de Rabat-Salé.

2. la résidence princière :
ce  bâtiment  se  dresse  dans  l’extrémité  ouest,  à  l’intérieur  de  l’enceinte  de  Moulay  rachid.  Les  travaux  de 
construction qui ont débuté sous le règne de ce sultan, furent achevés entre 1672 et 1694, sous le règne du sultan 
Moulay ismail. Une inscription sculptée sur les linteaux en bois du patio central commémore cet événement. cette 
demeure fut la résidence de son fils Moulay Ahmed eddahbi, gouverneur de la région de rabat-salé. il s’agit d’une 
construction de forme presque carrée bordée d’annexes et dotée d’un patio à ciel ouvert. cette cour ornée au milieu 
d’une jolie vasque en marbre blanc, est flanquée sur ses quatre côtés de grandes pièces rectangulaires et étroites 
et de petits réduits, avec une tour barlongue à l’angle sud. elle est bordée de galeries dont les arcs d’ouverture 
brisés et outrepassés reposent sur des colonnes faites de tambours de pierre coiffés de chapiteaux composés de 
méandres d’acanthe. Un auvent en bois couvert de tuiles et soutenu par des consoles couronne l’ensemble. Les 
murs de l’édifice sont faits de moellons avec des chaînages d’angle en pierre de taille. Les arcs sont appareillés 
en pierre alors que ceux de l’intérieur sont réalisés en brique de terre cuite. La cour est pavée de zellige vert et 
blanc. A cette construction principale sont annexés d’autres bâtiments dont notamment un oratoire, un hammam 
et plusieurs petites pièces ordonnées autour d’un petit patio. Mais le symbole architectural visuel de l’ensemble 
est sans conteste le menzeh, pavillon sous forme de tour qui se dresse à l’angle sud. Haute de 17.97m, longue 
de 8.01m et large de 4.29m, elle est composée de cinq étages qu’occupent cinq pièces superposées auxquelles 
on accède par un escalier. elle est couverte d’une charpente traditionnelle à quatre pentes, richement décorée et 
protégée par un toit fait de tuiles vertes. La résidence comprend également des annexes, notamment un oratoire et 
un hammam ainsi que des magasins qui longent l’enceinte alaouite du côté sud-ouest.
en  général,  ce  bâtiment  présente  une  unité  d’ensemble  assez  nette.  il  s’agit  d’une 
demeure  princière.  Le  jardin  actuel  entouré  d’une  muraille  crénelée  aurait  servi  de 
Mechouar, une petite habitation destinée au sultan lors de son séjour sur les rives du 
Bouregreg. Le décor de la demeure exécuté essentiellement sur pierre et sur bois, est 
axé sur les motifs géométriques et floraux qui reproduisent un entrelacs de losanges, 
de rinceaux, de fleurons et de palmes lisses d’une élégance et d’un charme captivant. 
c’est un décor sobre et élégant, bien qu’il soit loin d’avoir la valeur du décor mérinide et 
saâdien, constitue un modèle intéressant de l’art alaouite du XViième siècle. 
Description :

Il s'agit d’un édifice de forme presque carrée, doté d’un patio à ciel ouvert. Cette cour ornée au milieu d’une jolie vasque de marbre blanc, est flanquée sur ses quatre côtés de grandes pièces rectangulaires et étroites ainsi que de petits réduits, avec une tour barlongue à son angle sud.
La cour est bordée de galeries dont les arcs d’ouverture brisés et outrepassés, reposent sur des colonnes sveltes faites de tombours de pierre et coiffés de chapiteaux composés de méandres d’acanthe.
Un auvent de bois couvert de tuiles soutenues par des consoles couronne l’ensemble.
A cette construction principale s’ajoutent des annexes dont notamment un oratoire au sud-ouest, un hammam au nord-est et plusieurs petites pièces ordonnées autour d’une petite cour.
Les murs de la construction centrale sont faits de moellons avec des chaînages d’angle en pierre de taille. Les arcs sont appareillés en briques tandis que la cour est pavée de zellij verts et blancs.
La tour: Elle se dresse dans l’angle sud. Haute de 17,97m, longue de 8,01m et large de 4,29m, elle est composée de cinq étages qu’occupent cinq pièces superposées auxquelles on accède par un escalier. Les murs de la bâtisse ont une épaisseur variant entre 0,48 et 0,54m. Ils sont construits en moellons avec des chaînages d’angles en pierre de taille. La tour est couverte d’une toiture en berchla à quatre pentes et richement décorée.
L’oratoire: se situe au sud-ouest de la demeure. Il est presque carré (12,67m x 13,05m). Le plan est simple. La salle de prière constituée de deux nefs transversales, est précédée d’un petit sahn bordé de galeries. La structure du bâtiment repose sur des arcs brisés que supportent des piliers octogonaux.
Le bain: situé au nord-est, le hammam est composé de deux pièces irrégulièrement disposées autour d’une cour trapézoïdale qui communique avec la demeure. Ce hammam a gardé les traits essentiels de son plan initial malgré les réfections ultérieures. On y trouve la salle de repos, la salle froide, la salle tiède et la salle chaude. La chambre de chauffe bien que contiguë à l’édifice, dispose d’une entrée indépendante. Ce hammam est conforme au type classique des bains maures.
Le décor de la demeure exécuté essentiellement sur pierre et sur des linteaux de bois est axé sur les motifs géométriques et floraux qui reproduisent un entrelacs de losanges, de rinceaux, de fleurons et de palmes lisses d’une élégance et d’un charme prenant. Ce décor sobre et élégant, constitue un modèle intéressant de l’art alaouite du XVIIème siècle.
En général, ce bâtiment présente une unité d’ensemble assez nette. Il s’agit sans doute d’une demeure princière. Le jardin actuel entouré d’une muraille crénelée aurait servi de Mechouar, une petite habitation destinée au sultan lors de son séjour sur les rives du Bouregreg.

Intérêt de l'œuvre : historique et architectural

Protection / Statut juridique

Type de protection : inventorié, classé