Patrimoine immatériel

Rakb Lamaâchat (ركب المعاشات) idpcm:08046

Rakb Lamaâchat

Communauté concernée : Settat, Berrechid, Dokkala

Rakb Lamaâachat est une pratique rituelle préservée par les tribus depuis plus de 400 ans. C’est un pèlerinage dont le but est le renforcement des liens familiaux et tribaux « silat al-arham » (صلة الأرحام) associé à la solidarité entre les tribus. C’est un patrimoine qui connait une transmission remarquable voilà plus de quatre siècles jusqu’à nos jours. En effet, al-Maâachat n’ont jamais laissé ou délaissé les coutumes de leurs ascendants qui est l’échange annuel de visites entre eux. Les tribus de Maâachat Chaouia (Settat, Berrachid et Doukkala) se rendent au marabout de leur ancêtre Sidi Ali Mâachou, situé à Chiadma à Essaouira dans un groupe de pèlerins dépassant 250 individus, par multiple moyens de déplacement : en voitures ou en montant des chevaux, des mulets et des ânes ou même à pied. Le voyage dure 28 jours depuis Maâachat Chaouia jusqu’à Maâachat Chiadma. À chaque station, à leur arrivée, ils sont bien accueillis avec les youyous des femmes, on leur présente de la nourriture et les plats du terroire et des cadeaux et des dons de toute sorte ; ainsi que le fourrage pour le bétail. On leur offre, également, ce que l’on appelle « leftouh » ou « ziyara ». Le soir, et juste après la prière du îichaa, ils se rassemblent pour psalmodier le coran et partager sujets religieux, conseils et expériences entre eux pour en tirer des leçons de vie et d’au-delà. Une fois arrivées, les visiteurs sont attendus par leurs familles avec joie, enthousiasme, nostalgie, amour, pleurs et sourires. On récite la sourat al-Fath, on prépare des repas (couscous, tagine et autres), selon un rituel propre à la pratique, on dresse des tentes pour un festin/moussem qui dure une journée et où les petits commerçants exposent et vendent leurs produits (jouets d’enfants, dattes, bonbons, pain, sucre, thé, boissons, légumes, fruits, fruits secs, …etc.). Des cafés meublés de nattes sont, également, installés pour cet évènement pour se reposer et boire du thé. Le "naqib" (chef) du "rakb" remercie les visiteurs, exprime sa gratitude envers les femmes qui ont préparé les repas délicieux, les familles locales pour leur hospitalité et générosité dans une longue prière adressée à Dieu pour les bénir « addoâa lahoum (الدعاء لهم) ».
La prochaine année, c’est le tour des tribus des Chiadma et les tribus de Âabda de rendre la visite à leurs cousins à Chaouia et Doukkala en pratiquant le même rituel.

Chronologie

Datation par période unique : 17e siècle (1631 à )
Date unique : Depuis le XVIIème siècle

Caractéristiques de l'élément

Éléments matériels associés : Les éléments matériels associés à cette pratique sont liés à l'hospitalité et au bon accueil et ils se résument à des plats traditionnels propres à chacune des tribus concernées, aux cadeaux et dons offerts aux visiteurs, fourrage, bétail, tentes traditionnelles, ...etc.
Éléments immatériels associés : Les éléments immatériels associés à cette pratique et au festin et moussem Sidi Ali Mâachou organisé à cet événement, sont liés, à leur tour et/ou parallèlement, à des notions comme le renforcement des liens familiaux et tribaux « silat al-arham » (صلة الأرحام), « leftouh » ou « ziyara ». Ils se rapportent, aussi, à la psalmodie du coran, notamment la sourate al-Fath, à la prière et à la bénédiction «addoâa (الدعاء)», ...etc.
Langue utilisée : Le dialectal local marocain propre à chacune des régions: Settat, Berrechid, Dokkala, Chiadma
Niveau de langue : dialectal (Darija)

Personnes et institutions associées

Praticien(s) | Interprète(s) : tribus de Maâachat Chaouia (Settat_Berrachid_Doukkala), Maâachat Chiadma
Commentaires sur les participants : Les praticiens concernés par cette pratique sont constitués des tribus des Chaouia (Settat, Berrachid, Doukkala) et des Chiadma. Le "Rakb" est constitué de plus de 250 pèlerins, qui se rendent au marabout de leur ancêtre Sidi Ali Mâachou, situé à Chiadma à Essaouira. La nature du festin/moussem organisé à l'occasion de cet événement nécessite la présence et l'engagement aussi bien des hommes que des femmes et des enfants (voir description, en ce qui concerne le rôle de chaque catégorie).
Modes de transmission :

Rakb Lamaâchat est une pratique qui connait une transmission remarquable voilà plus de quatre siècles jusqu’à nos jours. Il s'agit, en effet, d'un pèlerinage qui vise le renforcement des liens familiaux et tribaux, associé à la notion religieuse et ethno-sociale: « silat al-arham » (صلة الأرحام).

État de l'élément : viabilité

Disponibilité des éléments matériels et des ressources associés : Oui
Viabilité des éléments matériels et immatériels associés : Oui

État de conservation

État général de conservation : Moyen

Protection / Statut juridique

Type de protection : inventorié