Patrimoine immatériel

Taddart n Inzerki ,ⵜⴰⴷⴷⴰⵔⵜ ⵏ ⵉⵏⵥⵕⴽⵉ idpcm:4A3D7F

le rucher d’inzzerki : espace apicole collectif

Communauté concernée : les Habitants de village d’Inzerki et des villages voisins : d’Igounan, Msella, Mzint, Iguer, Argana

Le rucher d’Inzerki « Taddart n Inzerki ,ⵜⴰⴷⴷⴰⵔⵜ ⵏ ⵉⵏⵥⵕⴽⵉ,  taddart ugrram» devait abriter à l’origine plus de 2000 ruches. D’un point de vue architectural, ce monument correspond à une structure unique constituée de cases superposées aménagées en compartiment et disposées en longues rangées organisées en terrasses adossées au flanc de la montagne.

 

Le site est le siège de connaissances apicoles ancestrales et s’inscrit dans le cadre de la pratique de la transhumance en apiculture traditionnelle dans le but d’accroitre la quantité du miel et d’améliorer la qualité du produit.

Le site est implanté à la lisière de la foret, non loin de l’habitat, dans une zone marquée par l’abondance des fleurs  et de plantes mellifères. : arganiers, lavandes et diverses sortes de thym. Par ailleurs, le rucher domaine des parcelles de terre accueillant des cultures irriguées et  un riche système arboriculture : caroubier, amandier, palmier dattier …

Les apiculteurs gardent les essaims proches de leurs maisons pendant la saison froide. Ils veillent sur la sécurité des ruches et protègent les abeilles contre le froid, la pluie et même la neige. A partir du mois d’avril, et après l’essaimage, les ruches sont amenées au rucher collectif    pour y rester jusqu’au mois de septembre et bénéficier de la richesse ses plantes mellifères.

Chronologie

Datation par période unique : Les Alaouites
Datation par intervalle de dates : Entre : Les indices fournis par la tradition orale et les archives écrites permettent de placer la mise en place du Rucher actuel d’Inzerki dans la première moitié du 19e siècle. Mais, l’usage de rucher collectif était répandu dans le sud du Maroc[Gatel,1871 : 84].
Commentaire libre : Les indices fournis par la tradition orale et les archives écrites permettent de placer la mise en place du Rucher actuel d’Inzerki dans la première moitié du 19e siècle. Mais, l’usage de rucher collectif était répandu dans le sud du Maroc[Gatel,1871 : 84].

Caractéristiques de l'élément

Éléments matériels associés : - la ruche traditionnelle correspond à un cylindre de roseaux tressés, sa longueur est de 1,20 m et son diamètre de 0,30 m ; elle est enduite d’une mince couche de boue et de la bouse de vache séchée. Cette couche assure l’étanchéité de la ruche et protégé les abeilles des intrusions. les deux extrémités du cylindre sont fermées par deux couvercles de bois dont l’un est percé d’« un trou de vol » dans la partie inférieure Le modèle de ruche en roseaux tombe progressivement en désuétude et cède place à une ruche moderne facile à déplacer. - Enfumoir (taswawwut) en poterie percé de nombreux trous, il dégage une fumée servant à calmer les abeilles pour récolter le miel en toute sécurité. - Agdur pluriel Igdar : ustensiles en poterie servant au pressage et à l’égouttage du miel. Les habitants se servent en général d’un couscoussier (tasksut) et un pot ventru (tikint)
Éléments immatériels associés : Plusieurs éléments immatériels sont liés au rucher, aux activités apicoles et au miel Le rucher est considéré comme « agdal », ou espace sacré par les habitants tout comme l’aire à battre et le pressoir de l’huile et au même titre que la mosquée et le mausolée. Avant de pénétrer dans le rucher, l’usager prend soin de faire ses ablutions et d’enlever ses chaussures. Il porte également des vêtements de couleur blanche.
Langue utilisée : Tamazighete
Origine perçue :

Les indices fournis par la tradition orale et les archives écrites permettent de placer la mise en place du Rucher actuel d’Inzerki dans la première moitié du 19e siècle.

 Mais, l’usage de rucher collectif était répandu dans le sud du Maroc [Gatel,1871 : 84].

Personnes et institutions associées

Praticien(s) | Interprète(s) : les hommes des villages
Commentaires sur les participants : l’apiculture traditionnelle est une activité essentiellement masculine ; les hommes se rendent régulièrement au rucher pour entretenir les essaims. Les garçons accompagnent leurs parents pour s’imprégner des connaissances et savoir-faire apicoles
Pratiques coutumières régissant l'accès à l'élément ou à certains aspects de celui-ci : aucune restriction n’est enregistrée quant à l’utilisation des données inventoriées
Modes de transmission :

la transmission aux jeunes générations se fait principalement par imitation et par apprentissage non formel. Les services du département de l’Agriculture organisent souvent des ateliers pour initier les habitants aux techniques apicoles modernes

Organisations concernées : l’association Taddart Inzerki pour le Développement et la Coopération

État de conservation

État général de conservation : Moyen
Date de vérification : Janvier 2021

Protection / Statut juridique

Type de protection : inscrit
Référence du text de protection : Arrêté du Ministre de la Culture de la Jeunesse et des Sports n° 2677-20
Date de protection : 2 novembre 2020