Patrimoine immatériel

Tiram, tawala, nouba (Connaissances liées à la répartition des eaux en milieu rural dans la région Guelmim Oued Noun) idpcm:9A4018

Répartition des eaux par roulement en milieu rural dans la région Guelmim oued noun

Communauté concernée : Communautés oasiennes, agriculteurs, propriétaire de palmeraies

Tiram ,tawala ou nouba ou la répartition des eaux par roulement) est un système lié à l'exploitation des ressources aquatiques dans les zones désertiques marocaines, en particulier dans les oasis qu’on trouve en abondance dans le milieu rural de la région Guelmim Oued Noun. Ce système se base sur des connaissances traditionnelles, d'ordre géographique, spatial, naturel et humain. Ces connaissances qui se sont développées dans le temps et dans l'espace pour subvenir aux besoins des propriétaires des palmeraies dans la région consistent dans des connaissances liées à l’approvisionnement des oasis en eaux d’irrigation. Ces eaux sont acheminées des sources ou le long des khettarat avant de trouver des points de partages nommées « lmazn » (littéralement : les balances ». Les connaissances concernent aussi la prise de mesures à la fois pour répartir l’eau de façon juste entre les ayants droits. Les unités de mesures abondent et on dispose d’« asqqoul », palme de répartition des eaux stockée dans un bassin. On dispose aussi de la « clepsydre » (tanast) pour mesurer une durée qui varie selon la taille de Tanast et le temps nécessaire à son remplissage. A cela s’ajoute la dalle de la mosquée «tablat n tmzguida » qui est une technique de mesure sur la base de l’avancement de l’ombre. Ces systèmes demande une solide entente et une parfaite organisation sociale pour éviter les litiges et les affrontements.

Caractéristiques de l’élément :                                         • Elément (s) matériel (s) associé (s) : Houe, « clepsydre » (tanast), Asqqoul (Palme), dalle de la mosquée (Tablat n tmzguida)                                          • Elément(s) immatériel(s) associé(s) : Plats de faveur, nettoyage de la canalisation

Relations

  • Autres relations

Chronologie

Commentaire libre : Pratique agricole ancestrale développée avec le développement des oasis du sud du Maroc

Caractéristiques de l'élément

Éléments matériels associés : Houe, « clepsydre » (tanast), Asqqoul (Palme), dalle de la mosquée (Tablat n tmzguida)
Éléments immatériels associés : Plats de faveur, nettoyage de la canalisation
Langue utilisée : Amazighe, Arabe dialectal
Origine perçue :

Pratique agricole ancestrale développée avec le développement des oasis du sud du Maroc

Personnes et institutions associées

Praticien(s) | Interprète(s) : Les communautés concernées par les connaissances liées à la répartition des eaux en milieu rural se composent essentiellement des habitants des oasis, les agriculteurs et les propriétaires de palmeraies du sud marocain, notamment dans la région Guelmim-Oued Noun.
Autres participants : Direction provinciale de l’agriculture : Elle se charge de creuser certains puits.
Modes de transmission :

Transmission de ce savoir de bouche à oreille/ Participation des jeunes dans certains travaux d’irrigation ou de nettoyage en étant des membres des associations locales.  

État de l'élément : viabilité

Menaces pesant sur la pratique :

La sauvegarde des connaissances liées à la répartition des eaux en milieu rural dépend de l’intérêt qui sera accordé à la sauvegarde de l’agriculture oasienne en générale.

certains éléments matériels liés à cette pratiques sont de nos jours ont été substitués par d'autres plus modernes en raison de l’évolution des techniques comme par exemple la « clepsydre » (tanast) évoluée vers l’horloge, ces éléments ont disparu de l’usage. D’autres (comme par exemple la houe) sont produites par des entreprises et on peut se les procurer dans les marchés hebdomadaires.

Menaces pesant sur la transmission :

d’après les enquêtes, les jeunes ne s’intéressent ne sont pas beaucoup intéressés pour l’apprentissage des techniques traditionnelles liés à la répartition des eaux en milieu rural. En plus, certains éléments matériel ont disparus et ce n’était pas facile de trouver encore « tanast » qui n’est plus utilisée.

Disponibilité des éléments matériels et des ressources associés : l’unité de mesure du niveau du bassin d’eau (As9oul) est disponible grâce au palmier.
Viabilité des éléments matériels et immatériels associés : L’usage permet de sauvegarder certains éléments matériels comme la houe. Quant aux éléments dépassés en raison de l’évolution des techniques comme par exemple la « clepsydre » (tanast) évoluée vers l’horloge, ces éléments ont disparu de l’usage.
Mesures de sauvegardes existantes :

La sauvegarde des connaissances liées à la répartition des eaux en milieu rural dépend de l’intérêt qui sera accordé à la sauvegarde de l’agriculture oasienne en générale. Les communautés, groupes et individus praticiens de ces connaissances doivent être soutenus et valorisés dans leurs activités. Les sources et les khettarat doivent se préserver en tant que systèmes d’approvisionnement en eau pour les exploitations agricoles. On peut citer parmi ces les objectifs:             1. Sauvegarde des connaissances liées à la recherche et à l’acheminement des eaux                                          2. Sauvegarde des sources et des Khettarat                  3. Sauvegarde des connaissances liées aux unités des mesures des eaux, qu’il s’agisse des eaux stockées dans les bassins ou des eaux distribuées sur les ayants droits.                                                                  4. On peut aussi créer un centre d’interprétation du patrimoine permettant de faire connaitre les pratiques et les connaissances liées à l’irrigation de façon générale.

Protection / Statut juridique

Type de protection : inventorié
Date de protection : juillet 2021
Commentaire libre : Région Guelmim oued noun