Patrimoine immatériel

Moussem de Sidi Boujm'a Agnaou idpcm:9B3011

Le nom du saint Sidi Boujm'a Agnaou (agourram) qui fut le saint des Noirs (Agourram n'Ismm) saint des Gnawas (Ignaoun)

Selon la légende, il s'agirait d'un Noir ramené du Soudan par le sultan noir (Al-Sultan Al-Akhal). Il habita la Kasbah, travaillant comme cordonnier. Quand des ennemis essayèrent de le capturer, il se réfugia dans une citerne qui deviendra son sanctuaire. La tradition orale rapporte que les Noirs (Ismmgane) organisaient au mois de Chaâbane un grand moussem. La vache prévue pour le sacrifice faisait le tour des villages, guidée par des esclaves qui annonçaient la date du moussem et collectaient les aumônes. Ils célébraient aux rythmes des tambours et des crotales, des rites dans lesquels se mêlaient invocations, danses et transes. Une veillée des Gnawas se déroulait tous les samedis appelée localement "Id" ou "Allailat" au cours de laquelle se pratiquaient des danses et transes exorcisantes. De nos jours, le rite se perpétue dans la nouvelle Cité Yachech; la fête dure une semaine au niveau du Bloc 5. Le porte-à-porte se perpétue avec chants, tambours et crotales annonçant la fête. Le sanctuaire de Sidi Boujm'a fut complètement détruit au cours du séisme de 1960. Le pacha d'Agadir l'aurait fait reconstruire juste après le séisme à l'endroit précis où il se trouvait auparavant. 

Caractéristiques de l'élément

Éléments matériels associés : Bougies, offrandes
Éléments immatériels associés : Le sanctuaire de Sidi Boujem'a est visité par toutes les personnes qui croient en ses karmates, encore très visité actuellement par les femmes stériles selon un rite précis.

Personnes et institutions associées

Praticien(s) | Interprète(s) : toutes les personnes
Modes de transmission :

La femme présente une offrande au saint et se purifie avec l'eau de la citerne d'à côté, symbole de fertilité. Si son souhait est exhaussé, elle rasera les cheveux de son enfant dans le sanctuaire, lui perforera le lobe de l'oreille droite. Elle devra ensuite présenter un sacrifice chaque année. L'enfant devenu adulte devra en faire autant ainsi que ses descendants. Sidi Boujm'a est également visité pour exorciser les malades mentaux de l'emprise des djnouns.